L'histoire de la marque de montres ZRC

Publié le 05 juin 2019

L'histoire de la marque de montres ZRC

1904

ZRC est fondée à Genève, fruit d'un partenariat entre Edmond Zuccolo et Joseph Rochet.

1917

La société remporte le Grand Prix de Genève pour l'innovation dans l'industrie pour la création de bracelets en métal consomptibles.

1960

La première montre ZRC Grands Fonds 300m est développée.

1964

Après avoir officiellement approuvé les premiers Grands Fonds 300 en 1960, la Marine française a expliqué aux concepteurs que la couronne à 3 heures posait problème, car elle était trop vulnérable lors de manipulations sous-marines. Il a demandé à ZRC de "trouver une solution" pour protéger la couronne sans gêner les mouvements du poignet et, surtout, pour s'assurer qu'elle ne puisse pas s'ouvrir sous l'eau.

L’équipe s’est mise au travail et a développé la fameuse couronne à 6 heures, reliée au boîtier par un système exclusif constitué d’un canon découpé dans un bloc unique, faisant de la Grands Fonds 300 la première et la seule montre à être équipée d’une montre 100 % caisse monobloc. De plus, le boîtier est usiné dans un type d'acier renforcé par du molybdène, totalement antimagnétique (une nécessité absolue pour le groupe Mine Clearance Divers).
La version finale de celle-ci a été utilisée par la marine française de 1964 à 1982 (approuvé par l'OTAN).

1970

ZRC a développé une patte rétractable exclusive spécifique à l'espace inter-corne, qui permet uniquement le passage de la couronne ou la rotation du bracelet en position fermée, rendant impossible l'immersion de la montre si la couronne n'est pas complètement vissée. Le bracelet est également original en raison de ses deux maillons extensibles, ce qui permet de porter la montre par-dessus une combinaison de plongée sans aucun autre réglage. Les aiguilles Magnum ultra-luminescentes assurent une parfaite lisibilité sous l'eau. Montre révolutionnaire à bien des égards, la ZRC Grands Fonds a été distribuée aux pompiers de Paris et à l’équipe française de ski nautique. Mais c’était surtout la montre de la marine française (école de plongée de Toulon, troisième division du groupe de déminage de Toulon, le Commando Hubert) ainsi que de la marine italienne. En tant que montre conçue par des plongeurs pour des plongeurs, elle a également été adoptée par des unités non militaires appuyées par la Marine française, dont le célèbre Calypso du commandant Cousteau, qui a fait la montre dans le monde entier et a fermement établi sa réputation.

2004

Officiel
marine française
approbation

Relevant directement du Commandement central du commissariat de la marine française (DCCM) à Paris, le département technique du commissariat de la marine française (STCM) était le service au niveau du commandement central chargé de la réalisation des études préliminaires et de l'approbation des nouveaux équipements. Il s’agissait de la branche «Marine Nationale» du Bureau national de codification (BCN) français relevant de l’OTAN. Le service des achats de flottes d’arsenal de Toulon, qui avait demandé le nouvel équipement, devait remplir, conformément à la procédure, un formulaire d’identification concernant la nouvelle montre ZRC qu’il souhaitait acquérir (nom commercial de l’article, brève description technique, prix de détail de la montre). article, nom du fabricant, adresse et code, motif de l'achat, utilisation prévue de l'équipement de la Marine, etc.). Ce formulaire d'identification dûment rempli a ensuite été envoyé à la STCM à Paris pour examen, accompagné d'une demande d'approbation de la montre. , en vue de l’attribution d’un «numéro de gestion marine» (NGM), qui permettrait ensuite son traitement.

Toutes les montres ont donc subi une période d’essai et ont été testées dans toutes les conditions possibles «d’utilisation sévère à des fins militaires». La STCM à Paris a approuvé le nouvel équipement et l'a entré dans le catalogue général d'équipement du commissariat en lui attribuant un numéro de gestion maritime à 13 chiffres (MGM) provisoire. Les montres classées à l’origine sous le nom de famille 6645 ont ensuite été transférées au groupe 63, famille 6355).
Discours de Patrick Brunet (petit-fils de Joseph Rochet) à l'occasion des cent ans de ZRC.

2014-2015

50 ans après les premiers Grands Fonds 300, Georges & Charles Brunet, à la tête de l'entreprise familiale (arrière-petits-fils de Joseph Rochet), lancent l'étude de la réédition de ce modèle emblématique.
Le ZRC GF300 renaît.
50ème anniversaire du GPD
Depuis 2015, ZRC a renforcé son partenariat avec la marine. A l'occasion du 50ème anniversaire du GPD puis chaque année lors de la cérémonie des nouveaux «plongeurs démineurs» commissionnés.

2018

Georges Brunet, administrateur et fondateur et Alexis Meyer, associé directeur.
La Force stratégique océanique (FOST) créée le 1er mars 1972 est la composante sous-marine des forces nucléaires françaises, née de la volonté du général De Gaulle de retenir la dissuasion nucléaire.

En 2016-17, ZRC a produit une série de 50 montres ZRC-FOST dédiées aux sous-mariniers actifs de la marine française.

Une reconnaissance ultime pour ZRC en équipant des sous-mariniers habitués à manœuvrer la machine la plus technologique et la plus puissante du monde.
Dans les années 60, les pionniers de l’Aventure et de la ZRC développent une superbe montre qui deviendra une icône de la plongée… Conçu par des plongeurs pour des plongeurs divers, il a été développé sur appel d’offres de la Marine française en étroite collaboration avec le 3e Groupe de les plongeurs méditerranéens. Une montre révolutionnaire à bien des égards, le ZRC Grands Fonds 300 équipera l’école de plongée de la marine française, les trois groupes de déminage (Manche-Nord, Atlantique et Méditerranée) ainsi que le Hubert Commando. Fer de lance des forces spéciales, cette unité mythique est déployée dans le plus grand secret sur tous les continents.

En juin 2017, le ZRC et un petit groupe de plongeurs en déminage organisent une journée TEST afin d'évaluer la capacité opérationnelle du ZRC. Mission réalisée pour les Grands Fonds. Ce sont donc 175 plongeurs démineurs et plongeurs de combat qui vont recevoir leur ZRC PLD ou NC Special Edition en juin 2018 commandés sur un abonnement privé. Une preuve incontestable de la qualité ZRC Grands Fonds 300.
En juin 2018, l'école de plongée de St-Mandrier fêtera ses 60 ans (1958-2018). Fondé à l'initiative du «Mousquemer» Jacques Yves Cousteau, Philippe Taillez et Frédéric Dumas, il souligne la nécessité pour la marine française de développer des unités opérationnelles sous-marines.

Les unités les plus prestigieuses
ayant utilisé
le ZRC Grands Fonds 300



L’école de plongée remonte à 1860 et a été fondée dans le but de former des «mécaniciens, des conducteurs et des plongeurs en haute mer». L’école de plongée est responsable de la formation de tous les plongeurs de la Marine Nationale dans quatre disciplines (plongeur de la marine, groupe de plongeurs démineurs, plongeur de combat, infirmière hyperbare). Il dispense également une formation aux plongeurs de la gendarmerie maritime et de l'armée de l'air française, ainsi qu'une formation de plongeur de combat. En outre, il accueille chaque année plusieurs groupes de stagiaires étrangers.

Déminage
Plongeurs

La troisième division du groupe des plongeurs de déminage de Toulon (GPD III) mène des opérations toute l'année afin de neutraliser les dispositifs historiques (obus, mines, torpilles, etc.), qui constituent une menace pour la navigation. Il est également spécialisé dans les travaux sous-marins majeurs.

La montre entièrement antimagnétique ZRC Grands Fonds et son bracelet (comme leurs couteaux de plongée et même les boucles de réglage des ailerons de plongée) ont été très appréciés par les plongeurs, qui devaient parfois gérer des mines à déclenchement magnétique.

Combat Divers
& Hubert Commando

Le Commando Hubert est un commando naval créé en décembre 1947. Il est basé à Le Cannier, dans la péninsule de Saint-Mandrier. Le commando porte le nom du lieutenant Augustin Hubert, tué au combat le 6 juin 1944 à Ouistreham.

En 1953, le commando est devenu une unité de plongée de combat et a été renommé Commando d'Actions Sous-Marines (CASM). C'est une unité hautement secrète.

À ce jour, le Commando Hubert reste la seule unité de plongée de combat de la marine française.

 

 

Actualités récentes