Le dictionnaire de l'Horlogerie

Publié le 28 mars 2019

Le dictionnaire de l'Horlogerie

A

Acier inoxydable
Alliage métallique extrêmement durable dont le principal ingrédient est le chromium, immunisé à la rouille, à la décoloration ainsi qu'à la corrosion. L'acier inoxydable peut être poli afin de ressembler à un métal précieux.

Acrylique
Matière plastique peu onéreuse utilisée dans la fabrication de verre de montre. Les verres acryliques, également appelé plexiglas, ont la particularité de pouvoir être polis afin d'effacer les rayures mineures.

Alarme
Complication horlogère faisant retentir une alarme à un temps pré-sélectionné ou à intervalles réguliers. 

Alternance
Terme désignant le déplacement d'un pendule ou d'un balancier entre deux positions extrêmes (A' et A"). Deux alternances, soit un aller-retour, forment une oscillation (tic-tac). Le balancier d'une montre mécanique effectue entre 5 et 10 alternances à la seconde, alors que celui d'une montre à quartz en fait environ 20.

Atmosphère (ATM)
L'atmosphère normale designée par le symbole ATM fait référence à une unité de pression équivalente à 1013 hectopascals soit environ 1 bar. Cette unité détermine l'étanchéité d'une montre, soit sa résistance à la pression.

Automatique
Type de mouvement équipé d'une masse oscillante effectuant des rotations grâce aux mouvements du poignet afin d'armer le ressort moteur d'une montre.

B

Baguette
Terme horloger qui qualifie un mouvement de forme rectangulaire allongée et relativement plate. L’un des plus connus est le fameux calibre Corum Golden Bridge.

Balancier
Le balancier est l'organe qui, de par ses oscillations, régularise le mouvement d'une montre mécanique. Généralement, le balancier est relié à un ressort nommé spiral qui lui permet d'effectuer un mouvement de va-et-vient de manière parfaitement régulière. C'est ce mouvement qui divise le temps en intervalles égaux appelés oscillations (le fameux « tic-tac » si caractéristique des montres). Dans les montres à quartz, c'est un moteur électrique fonctionnant avec une pile qui permet le mouvement de va-et-vient et non pas le spiral.

Barillet
Mince boîte cylindrique, à l'intérieur de laquelle est logé le ressort moteur, dont le bord denté entraîne le rouage d'une montre mécanique. Le rôle du barillet est d'accumuler l'énergie produite par le système de remontage, automatique ou manuel, pour la diffuser aux différents engrenages du mouvement.

Barrette
Petites tiges métalliques fixées entre les cornes de part et d'autre de la boîte et sur lesquelles sont attachées le bracelet.

Boîtier
Le boîtier (ou boîte de montre) protège le mécanisme des poussières, de l'humidité puis des chocs. Il existe de nombreuses formes de boîtiers (rond, carré, rectangulaire, etc.) qui diffèrent d'un modèle ou d'une marque à l'autre. Au-delà du mécanisme, le boîtier renferme le cadran et les aiguilles. La partie centrale du boîtier s'appelle la carrure; elle renferme le mécanisme, le cadran et les aiguilles.

Boucle
Organe qui permet de fermer le bracelet d'une montre. Il existe deux grands systèmes de boucles qui ont chacun leurs partisans : la boucle ardillon et la boucle déployante.

Boucle ardillon
En horlogerie, on parle généralement de bracelet à boucle ardillon. Plus précisément, l'ardillon est la pièce pénétrant dans l'un des trous du bracelet, permettant ainsi la fermeture et le maintien de ce dernier sur le poignet de l'utilisateur. Cette forme de boucle est la plus légère. À ce titre, on la trouve souvent sur les montres les plus fines.

Boucle déployante
Une boucle déployante est un modèle de fermoir associé au bracelet d'une montre. Elle est articulée et se déploie lors de son ouverture. La boucle déployante présente deux avantages majeurs : la sécurité - les deux parties du bracelet ne sont jamais déliées, si la boucle s'ouvre par accident, la montre reste autour du poignet de son propriétaire sans tomber - et le confort.

Boutons-poussoirs
Ces boutons placés sur le boîtier d'une montre assurent la mise en fonction de certaines complications, comme par exemple le déclanchement, l'arrêt et la remise à zéro du chronographe.

Bracelet
Conçu en cuir, en métal, en caoutchouc, en plastique, en nylon, etc. c'est le lien qui permet de porter la montre autour du poignet.

C

Cabochon
Pierre précieuse ou pierre fine, polie mais non taillée, décorant parfois la couronne. C'est aussi un type d'ornement utilisé sur le cadran.

Calibre
Désigne désormais le mouvement lui-même, soit sa référence. À l'origine, le calibre désignait ses dimensions puis ensuite sa forme, ses ponts et son origine.

Carrure
En horlogerie, on appelle carrure la partie médiane du boîtier dans laquelle on place le mouvement. Pièce principale du boîtier, la carrure est l'une des trois composantes de ce dernier avec le fond de boîte et la lunette.

Chronographe
Montre affichant heures/minutes/secondes équipée d'une complication permettant de mettre en marche, d'arrêter puis de remettre à zéro une aiguille à la demande. Il est généralement complété de sous-cadrans de minutes et d'heures permettant de totaliser le nombre de tours de l'aiguille principale qui elle compte un événément à la seconde.

Clous de Paris
Finition esthétique utilisé principalement sur les cadrans des montres classiques. Il s’agit en fait d’un certain type de guillochage bien particulier, l’un des plus utilisés en horlogerie, composé de lignes creusées entrecroisées pour former de petites pyramides.

Complication
Toute fonction additionnelle à celles des simples indications des heures, minutes et secondes.

Corne
Dans un boîtier de montre-bracelet, il s'agit de pièces de formes variées qui épousent généralement la forme de la carrure et qui servent à attacher le bracelet.

Côtes de Genève
Également appelées côtes droites ou vagues de Genève, les côtes de Genève sont un élément de décoration des mouvements horlogers. Elles représentent des lignes ondulées rappelant les vagues de la mer. Cette touche décorative est apportée principalement sur la surface visible des ponts. Les montres de luxe décorées de côtes de Genève le sont de manière artisanale grâce à une règle à dresser ou via le recours à un tour.

Couronne
La couronne (de remontoir) est un bouton présent à l’extérieur du boîtier et relié au mouvement que l'on saisit entre le pouce et l'index pour remonter sa montre, régler l'heure, ou toutes autres indications comme les jours de la semaine, la date, etc. Certaines couronnes, notamment celles des montres de plongée, sont vissées au boîtier pour assurer une plus grande étanchéité de la montre. Parfois la couronne de remontoir assume aussi le rôle de poussoir, et sert à déclencher le mécanisme du chronographe ou toute autre fonction.

D

Dual time
Complication permettant d'afficher deux fuseaux horaires simultanés, habituellement le fuseau où habite le porteur de la montre ainsi que celui où il se trouve (notamment lors d'un déplacement à l'étranger).

F

Flyback
Aussi appelée retour en vol, cette fonction trouve ses origines dans le domaine de l'aviation. Cette complication permet, lors d’un chronométrage, par simple action d'un poussoir de ramener la trotteuse du chronographe à zéro. Elle reprend alors instantanément sa course pour un nouveau comptage sans aucune autre pression sur un bouton-poussoir.

Fond de boîtier
Le fond est l'une des trois parties principales du boîtier avec la carrure et la lunette. Le fond du boîtier est opposé à la lunette, il est généralement plein mais il peut être transparent pour laisser entrevoir le mouvement. Il peut être à charnières, à vis (son pourtour étant muni d'un pas de vis), fixé par des vis ou fixé par pression.

Fréquence
La fréquence d'un mouvement désigne le nombre d'oscillations à la seconde, soit le va et vient du balancier. Elle est mesurée en hertz. Plus la fréquence est élevée, plus le mouvement est précis : 21'600 A/h (3 Hz), 28'800 A/h (4 Hz), 36'000 A/h (5 Hz).

G

GMT
Abréviation de la formule anglaise Greenwich Mean Time. On utilise parfois aussi en français TMG pour « Temps Moyen de Greenwich ». Créée à l'origine pour la Pan-Am et l'armée de l'air américaine, cette notion désigne une complication permettant de donner l’heure sur deux fuseaux horaires en même temps : l’heure en vigueur à l'endroit où l'on se trouve et sur celle de son domicile.

Guillochage
Le guillochage est une technique de gravure décorative utilisée sur le cadran ou sur certaines pièces de la montre. Ces gravures forment des droites ou des courbes qui se croisent ou s'entrelacent avec régularité et symétrie. Le guillochage peut être réalisé au burin ou à l'aide d'un tour.

J

Joint d'étanchéité
Dans les montres dites étanches, les joints sont indispensables pour fermer hermétiquement les diverses parties du boîtier telles que le fond, la couronne, les poussoirs et le verre. Les joints peuvent être de matières variées : caoutchouc, néoprène ou matière plastique. Ils doivent absolument être changés après chaque ouverture du boîtier si l'on veut conserver une étanchéité totale.

L

Luminescence
Substance déposée sur les aiguilles, les chiffres ou les index d'une montre. Elle a la propriété d’absorber la lumière et de la restituer dans l'obscurité, conférant aux éléments une excellente visibilité. Autrefois, la substance qui assumait cette fonction contenait du radium, aux propriétés radioactives. Elle fut donc remplacée par du tritium, puis par le Luminova®, une marque déposée.

Lunette
Pièce ajustée sur la carrure du boîtier et qui porte le verre. Elle peut être fixe ou tournante.

Lunette tournante
Lunette rotative, graduée et disposée sur la partie supérieure du boîtier. Elle sert à enregistrer des données complémentaires comme la durée d'un phénomène et équipe notamment les montres de plongée. Elle peut être bi-directionnelle (qui tourne dans les deux sens) ou bien uni-directionnelle (qui ne tourne que dans un sens). Cette limite technique permet ainsi d'éviter tout danger, notamment lorsque l'on veut mesurer un temps de plongée. Tout incident ou fausse manipulation ne pourra que réduire les limites initialement fixées en termes de réserve d'air ou de temps de décompression.

M

Manuelle
Se dit d'une montre mécanique qui se remonte à la main, soit à remontage manuel. 

Masse oscillante
Aussi appelé rotor, la masse oscillante est un dispositif permettant d'armer le ressort moteur d'un mouvement automatique, soit recharger la montre. C'est une pièce métallique en forme de demi-lune qui tourne librement dans les deux sens grâce aux mouvements du poignet.

Mécanique
Mouvement traditionnel dont le fonctionnement est régularisé par un balancier et dont l'énergie est transmise par un ressort remonté, soit à la main en utilisant la couronne, soit automatiquement grâce aux mouvements d'une masse oscillante aussi appelée rotor.

Minéral
Type de verre, soit glace de montre, fabriqué à partir de verre au sens traditionnel du terme. C'est un verre abordable, relativement résistant aux impacts et insensible aux rayons U.V.

Mouvement
Le moteur d'une montre, soit un ensemble de mécanismes internes faisant avancer les aiguilles et animant des différentes complications. Un mouvement est soit mécanique, soit électronique.

O

Oscillation
L'oscillation est le passage du balancier d'un point extrême à l'autre, puis le retour à sa position initiale. Une oscillation représente donc deux alternances.

P

Phases et âges de lune
Une montre à phases de lune reproduit sur son cadran les différents aspects de la lune pendant son cycle. En horlogerie la lunaison se divise en quatre phases : nouvelle lune, premier quartier, pleine lune et dernier quartier, effectuant un cycle complet en 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2,8 secondes, soit environ 29 jours et demi, alors que la durée d'une lunaison réelle est de 29,53 jours. Ce système aboutit donc à un décalage d'un jour en 2 ans, 7 mois et environ 20 jours. Les plus sophistiquées sont équipées d'une phase de lune dite «astronomique» qui ne nécessite qu'une correction d'un jour tous les 122 ans. Certaines montres affichent également l'âge de la lune, soit le nombre de jours écoulés depuis la nouvelle lune.

Physical Vapor Deposition (PVD)
Dépôt physique en phase vapeur en français. Le PVD est un procédé de métallisation permettant de déposer de minces films de matière sous vide grâce à la vapeur. Il permet par exemple de remplacer le plaqué or par une matière moins onéreuse.

R

Remontage automatique
Désigne l'action du mécanisme qui arme le ressort moteur d'un mouvement mécanique par l'intermédiaire d'une masse oscillante, dont la rotation s'effectue grâce aux mouvements du poignet.

Remontage manuel
Action d'armement du ressort moteur d'une montre mécanique en tournant la couronne de remontoir manuellement. Il est également possible de remonter un mouvement automatique manuellement.

Réserve de marche
Il s'agit d'une complication permettant d'afficher le temps de fonctionnement restant d’une montre sans que cette dernière ait besoin d’être remontée, ou portée dans le cas d’une montre à remontage automatique. La réserve de marche peut être affichée en heures ou en jours sur le cadran.

Rubis
Pierre naturellement très dure composée d'oxyde d'aluminium rouge et de corindon. Elle est utilisée pour la fabrication des coussinets d'un mouvement afin de réduire le phénomère de frottements. La quasi-totalité des montres sont désormais équipées de rubis synthétiques. Un mouvement automatique de qualité comporte au moins 17 rubis.

S

Saphir
Verre synthétique fabriqué à partir de corindon, un cristal possédant les mêmes propriétés chimiques que le saphir naturel et présentant une dureté presque aussi élevée que le diamant. Ce type de verre est reconnu pour sa résistance aux rayures.

Sous-cadran
Petit cadran utilisé pour divers objectifs tel que l'affichage de l'heure sur 24 heures, le temps écoulé en minutes/heures sur un chronographe ou même l'indication de la date.

Squelette
Désigne un type de mouvement dont la platine et les ponts ont été ajourés afin de pouvoir entrevoir les organes de la montre. Un mouvement squelette permet ainsi d'observer le mouvement depuis le cadran et le fond de boîte.  

T

Tachymètre
Échelle de mesure permettant de calculer la vitesse, généralement en km/h et sur une base de 1000 mètres, présente sur certains chronographes.

Titane
Métal d'apparence grisâtre ayant la propriété d'être 30% plus solide et presque 50% plus léger que l'acier. Il est également résistant à la corrosion provoquée par l'eau salée. Le titane est notamment utilisé pour les montres sportives, en particulier pour les montres de plongée.

Télémètre
Montre chronographe équipée d'une échelle télémétrique, soit permettant de calculer la distance d'un événement sur la base de la vitesse du son. 

Trotteuse
Également appelée aiguille des secondes, elle avance par à-coups suivant les oscillations du balancier de la montre. Elle est appelée grande trotteuse lorsqu'elle se situe au centre et qu'elle fait le tour du cadran, à l'égal des aiguilles des heures et des minutes. Elle peut également être placée dans des sous-cadrans. Dans ce cas-là, elle est appelée petite seconde ou seconde déportée.

POURQUOI CE LEXIQUE HORLOGER ?

Vogtime met à votre disposition ce lexique horloger rédigé notre équipe de passionnés de montres afin d'assouvir la curiosité des néophytes ou d'approfondir les connaissances techniques des amateurs d’horlogerie. Nous enrichissons ce lexique régulièrement et espérons que vous y trouverez la réponse aux questions que vous vous posez. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, nous vous conseillons de vous référer au lexique de de Fondation de la Haute Horlogerie, reconnu comme l'un des plus complets en ligne.

APPROFONDISSEZ VOTRE CULTURE HORLOGÈRE

Vous aimez les montres et aimeriez parfaire vos connaissances ? Afin d'une part de vous aider à mieux comprendre les termes utilisés sur notre site, l'équipe Horel vous a préparé une section complète dédiée à la culture horlogère. Novices comme amateurs avertis y trouveront des lumières sur les sujets incontournables, tant au niveau technique que de l'entretien de vos garde-temps.

COMPRENDRE L'ÉTANCHÉITÉ DES MONTRES

ous avez une montre ou êtes sur le point d’en acheter une et vous apercevez qu’elle est étanche à 50 mètres. Vous vous dites que c’est bien plus que ce qu'il vous faut car jamais vous n’irez à de telles profondeurs et que ce sera parfait pour aller à la plage cet été. Grosse erreur. Une erreur qui peut s’avérer fatale pour votre montre. La notion d’étanchéité en horlogerie est fortement propice à confusion et au final incomprise par beaucoup de gens alors que pourtant, c’est une information fondamentale. Avant l’achat, cela vous permettra notamment de choisir une montre correspondant à vos besoins et à vos usages.

LA NOTION D'ÉTANCHÉITÉ EN HORLOGERIE

C’est une question basique mais qui mérite clarification. En horlogerie, l’étanchéité désigne l’aptitude d’une montre à résister à la pénétration de l’eau. Suivant l’origine de la montre, elle peut être exprimée en bars (atm pour atmosphère), en mètres (m) ou en pieds (ft). Les bars ou atmosphères correspondent à une contrainte mécanique subie durant l’immersion, aussi appelée surpression. Les mètres ou pieds eux, sont théoriquement une équivalence correspondant à une profondeur d’immersion. Même si ces unités sont différentes, leur but est de mesurer la même chose, soit la surpression proportionnelle à la profondeur d'immersion. Par exemple, une montre indiquant une étanchéité de 5 bars peut en théorie être immergée à 50 mètres de profondeur. Cependant, cette notion de surpression est basée sur un environnement statique, ne tenant donc pas compte des mouvements dans l'eau qui peuvent faire augmenter de manière drastique la surpression réelle à laquelle est soumise votre montre. Faites donc attention aux indications fournies par les marques elles-mêmes qui, trop souvent, manquent de clarté.

LES INDICATIONS D'ÉTANCHÉITÉ À RESPECTER

Afin que les indications d'étanchéité ne soient plus abstraites pour vous, nous avons résumé les consignes à suivre en fonction de la résistance réelle de votre montre. En suivant à la lettre les conseils ci-dessous, vous vous assurez de ne pas rencontrer de problèmes liés aux limites d'étanchéité de vos montres. Voici donc ce qu'il faut retenir :

 

WATER RESIST / 0 ATM

Si votre montre est Water Resist et qu'aucune mention n'est spécifiée, cela signifie qu'est n'est pas résistante à l'eau. C'est contradictoire, mais la montre ne doit pas être portée en milieu humide. En revanche, elle résistera à la transpiration.

30 MÈTRES / 3 ATM

Si votre montre affiche une mention d'étanchéité à 30 mètres ou 3 ATM, celle-ci n'est pas pas adaptée à la douche, ni au bain et encore moins à la baignade ou aux plongeons. Elle résistera à l'humidité ainsi qu'à une exposition accidentelle à l'eau telle que de la pluie ou des éclaboussures.

50 MÈTRES / 5 ATM

Pour une montre étanche à 50 mètres ou 5ATM, un premier palier se passe. Il vous est possible d'utiliser votre montre, de manière exceptionnelle, pour nager. Mais gare aux plongeons qui feront subir une surpression trop importante à la montre. Idem pour la douche et le bain.

100 MÈTRES / 10 ATM

Si votre montre dispose d'une étanchéité de 100 mètres ou 10 ATM, c'est une résistance qui commence à devenir véritablement intéressante. Il vous est possible de faire de la natation sportive ainsi que de plonger de manière raisonnable dans une piscine.

200 MÈTRES / 20 ATM

Une montre étanche à 200 mètres ou 20 ATM est adaptée aux plongeons, à la natation sportive, mais surtout à la plongée sous-marine mais sans bouteille, soit la pratique du snorkeling. C'est une norme pour la plupart des montres de plongée.

300 MÈTRES / 30 ATM

Avec une montre disposant d'une étanchéité de 300 mètres ou 30 ATM et plus, tout vous est possible. Vous pouvez véritablement plonger, faire de la natation sportive, pratiquer des sports aquatiques et surtout faire de la plongée sous-marine avec bouteilles et en eaux profondes.

ENTRETENIR L'ÉTANCHÉITÉ DE SA MONTRE

Notez que l'étanchéité n'est pas une caractéristique permanente. Ainsi, si de la condensation apparaît sur le verre de votre montre, il vous faut très rapidmenet la faire contrôler par votre horloger et surtout cesser toute immersion. Il y a tout de même des exceptions dues aux écrats de température, comme par exemple sortir d'une voiture climatisée par un temps très chaud. Quoi qu'il en soit, il est recommandé de faire vérifier l'étanchéité de sa montre tous les 3 à 5 ans si vous n'allez par régulièrement dans l'eau, sinon tous les ans. Si votre montre est équipée d'un mouvement à quartz, notez aussi qu'un changement de pile exige de refaire l'étanchéité afin d'obtenir les performances indiquées sur la montre. Grosso modo, à chaque fois que le fond de boîte est ouvert, il faut faire un contrôle.

LES MOUVEMENTS DE MONTRE

Toutes les montres sont équipées de mouvements leur permettant de régler l'heure puis de mesurer le temps. Il s'agit de mécanismes internes qui font avancer les aiguilles et qui animent les différentes complications telles qu'une date, un chronographe, un calendrier perpetuel, une fonction GMT et bien d'autres. Le mouvement est donc un composant essentiel pour conserver la précision de sa montre qui ne pourrait d'ailleurs pas fonctionner sans.

QUELLE MOUVEMENT DE MONTRE CHOISIR ?

Il existe deux grandes familles de mouvements de montre : les mouvements mécaniques et les mouvements électroniques. Les premiers sont uniquement composés de pièces mécaniques telles que des roues et des ressorts alors que les derniers possèdent un circuit éléctronique nécessitant une batterie pour fonctionner (même si dans certains cas ils peuvent également être équipés de pièces mécaniques en complément). Choisir un mouvement, c'est aussi fonction de votre budget. Les mouvements électroniques sont plus répandus, peu coûteux et très précis alors que les mouvements mécaniques sont plus dispendieux, moins précis et requièrent un entretien. De prime abord, le choix logique serait donc d'aller de l'avant avec la simplicité et l'efficacité. Malgré tout, choisir une montre mécanique, c'est choisir un style de vie et le charme d'un construction complexe. Tout amateur d'horlogerie finira quoi qu'il arrive par franchir le cap de l'acquisition d'une pièce mécanique. Au final, l'essentiel c'est de se faire plaisir.

MOUVEMENT MÉCANIQUE À REMONTAGE MANUEL

Souvent appelés mouvements manuels, les mouvements mécaniques à remontage manuel sont les plus anciens types de mouvements horlogers jamais fabriqués, tirant leurs origines du XXVIème siècle. C'est pourquoi la plupart des montres anciennes en sont équipées. Ces mouvements nécessitent d'être remontés tous les jours afin de fonctionner de manière optimale et le réglage doit se faire une fois la montre enlevée du poignet afin d'éviter tout dommage au mouvement. Lorsque vous remontez ce type de mouvement, il vous faut le faire jusqu'à sentir une petite tension au niveau de la couronne et ne surtout pas forcer car cela pourrait endommager le mouvement.

MOUVEMENT MÉCANIQUE À REMONTAGE AUTOMATIQUE

Aussi appelés mouvements automatiques, c'est une variante des mouvements mécaniques à remontage manuel. Ceux-ci enmagasinent de l'énergie grâce aux mouvements naturels du poignet du porteur de la montre grâce à l'ajout d'un rotor (aussi appelé masse oscillante) qui remonte le ressort principal de manière perpétuelle, un système inventé par Rolex en 1930. Les mouvements automatiques peuvent également être remontés de manière manuelle, notamment lorsque la montre n'a pas été portée durant une période supérieure à la durée de réserve de marche du mouvement (environ 40 heures). C'est le type de mouvement le plus populaire auprès des amateurs de montres car il ne nécessite pas de réglage quotidien.

MOUVEMENT ÉLECTRONIQUE À QUARTZ

Les mouvements à quartz utilisent une batterie comme source d'énergie principale. Celle-ci envoie un courant électrique dans un petit crystal de quartz afin de l'éclectrifier, créant ainsi des virations qui font osciller le movement et entraînent les aiguilles. Ces types de mouvements sont très précis et ne requièrent quasiment aucune maintenance sauf le remplacement de batterie qui dure généralement 2 ans. Leur coût est aussi très faible car ceux-ci sont composés de très peu de pièces. Aux yeux des amateurs de montres, ces mouvements ne sont pas très intéressants en terme de technicité ou de savoir-faire comparativement aux mouvements mécaniques.

MOUVEMENT ÉLECTRONIQUE À QUARTZ SOLAIRE

Les mouvements à énergie solaire sont également des mouvements électroniques qui ne disposent cependant pas de pile. Elles sont alimentées par un petit panneau solaire situé sur le cadran qui récupère la lumière solaire ou artificielle pour la transformer en énergie électrique puis pour la stocker dans une batterie rechargeable ou dans un condensateur. Cette énergie peut ensuite être utilisée lorsque la montre n'est pas exposée à la lumière et ce pendant plusieurs mois. Ce sont donc des mouvements qui protègent l'environnement (tout comme les mouvements mécaniques) car ils ne nécessitent pas de changement de pile contenant des produits chimiques nocifs.

MOUVEMENT ÉLECTRONIQUE À QUARTZ KINÉTIQUE

Les mouvements kinétiques à quartz, aussi appelés autoquartz, sont des mouvements électroniques sur lesquels ont été montés une masse oscillante. Ce rotor tourne, tout comme une montre automatique, en fonction des mouvements du poignet et de manière perpétuelle afin de générer un courant électrique stocké dans une pile ou dans un condensateur. C'est un système rendu célèbre par la marque japonaise Seiko qui lui a donné ce nom : Kinetic, en référence au mouvement cinétique qui caractérise le fonctionnement des mouvements automatiques. C'est un type de mouvement relativement rare sur le marché horloger et très peu utilisé par d'autres marques.

QU'EST-CE QUE LE CALIBRE D'UNE MONTRE ?

À l'origine, ce terme désignait la dimension d'un mouvement horloger puis a ensuite évolué pour être employé pour désigner la forme du mouvement et de ses composant. Désormais, la notion de calibre désigne tout simplement la référence du mouvement d'une montre, soit le nom du modèle du mouvement. Chaque fabricant utilise ses propres codes, difficile donc de s'y retrouver. En revanche, le calibre d'une marque en désigne la provenance, qui est enregistée à l'Office Fédérale des Marques ainsi qu'à la Fédération de l'Industrie Horlogère Suisse

QUAND DOIS-JE FAIRE RÉVISER LE MOUVEMENT DE MA MONTRE ?

Le mouvement d'une montre est comme un moteur de voiture : il faut l'entretenir, y faire attention puis le faire réviser. Ce n'est pas le cas pour les mouvements à quartz. Ainsi, les huiles présentes dans les rouages d'un mouvement mécanique ont tendance à sécher, le frottement de pièces les unes contres les autres à produire des micro-particules métalliques ou même certaines pièces à se casser. Tous ces facteurs ont donc une influence sur l'efficacité du mouvement, que ce soit un manque de précision, une altération du fonctionnement d'une complication ou même le fonctionnement général de la montre. Pour le coup, faire réviser votre montre par un horloger est important pour continuer à faire marcher votre garde-temps. Les délais entre les révisions dépendent de nombreux paramètres mais pour la grande majorité des montres, une révision tous les 5 à 7 ans s'avère nécessaire. La plupart du temps, ces révisions coûtent entre 200 et 500 euros pour les grandes marques (et peuvent rapidement grimper selon l'exclusivité de la marque). Dépendamment de l'endroit où est effectuée la révision, ce processus prend entre 1 et 3 semaines.

LES TYPES DE VERRES DE MONTRE

Le verre d'une montre, aussi appelé glace de montre, est la partie transparente qui protège le cadran ainsi que ses aiguilles de la poussière et de l'eau puis qui permet d'en lire les indications. Cette partie de la montre est communément dénommée par le mot "crystal" en anglais, expression que vous rencontrerez régulièrement sur les sites de marques étrangères. À ne pas confondre avec le cristal de quartz qui dénote la petite pièce de quartz qui sert d'oscillateur dans une montre électronique à quartz, ces deux termes n'ayant rien à voir l'un avec l'autre.

LES MATÉRIAUX DES VERRES DE MONTRE

En horlogerie, les verres sont constitués de matériaux composites même s'ils étaient à l'origine constitués de verre. Le développement des techniques de traitement ont permis de créer des verres de haute qualité à la fois résistants aux chocs et aux éraflures, ainsi qu'avec un coefficient de dilatation (résistance à la pression ou à la température) quasiment nul afin d'assurer une grande stabilité ainsi qu'une longévité accrue. Il existe trois grandes familles de verres produits et utilisés dans la fabrication des montres :

LE VERRE ACRYLIQUE

Similaire au plastique et également connu sous le nom de plexiglass, le verre acrylique est le type de verre le plus abordable mais également le moins résistant aux rayures et aux fissures lors d'impacts. En revanche, il possède la caractéristique de pouvoir être poli afin d'effacer les rayures mineures, lui redonnant ainsi son brillant et sa transparence. Il possède également la caractéristique de pouvoir être moulé afin d'obtenir des formes particulièrement élaborées, chose impossible avec les verres saphirs ou minéraux.

LE VERRE MINÉRAL

Utilisé en horlogerie depuis des centaines d'années, le verre minéral est simplement fait de verre au sens traditionnel du terme. Il dispose d'une faible résistance aux rayures et à l'instar du verre acrylique, celles-ci ne peuvent être repolies. Il peut cependant devenir  plus résistant grâce à divers traitements. C'est un type de verre très abordable, plus résistant aux impacts et surtout insensible aux rayons U.V. Le verre minéral est le plus utilisé sur le marché de l'horlogerie.

LE VERRE SAPHIR

Fabriqué en laboratoire, le verre saphir est un verre synthétique. Cet élément transparent possède les mêmes propriétés chimiques que le saphir naturel mais coûte une fraction du prix de ce dernier. Celui-ci est utilisé car c'est le second élément connu le plus dur après le diamant, le rendant ainsi très résistant aux rayures. En revanche, il peut perdre des éclats ou se briser lors d'impacts. Si cela se produit, des particules microscopiques peuvent se loger dans le mouvement et l'endommager. C'est le type de verre le plus dispendieux de tous.

COMMENT FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE CES VERRES ?

À l'oeil nu, il est impossible de faire la différence entre les différents types de verre car ils se ressemblent énormément. Inutile d'ailleurs de tapoter dessus car la différence est inaudible. La seule manière infaillible pour les différencier (quoi que peu commode) est de faire un test de rayure. Un couteau en acier ou un tournevis rayera un verre minéral mais pas un verre saphir Il est également possible d'effectuer le test de la goutte d'eau : théoriquement, si l'on applique une goutte d'eau (à la pipette de préférence) sur un verre saphir propre (afin de ne pas être perturbé par les particules de salissure) à l'horizontal et qu'on l'incline ensuite verticalement, la goutte d'eau reste et s'écoule difficilement. Et si elle coule facilement comme sur une vitre, il s'agit d'un verre minéral. Malheureusement, ce test peut rapidement être faussé par les divers traitements ajoutés sur le verre.

COMMENT LE VERRE EST-IL FIXÉ SUR LA MONTRE ?

Le verre d'une montre est logé dans un cran de glace, soit une petite cavité creusée dans la lunette du boîtier ou directement dans la carrure. Le cas des montres de plongée est un peu différent car un joint de glace est ajouté afin d'assurer l'elasticité nécessaire pour parer le phénomène de surpression subi en milieu aquatique.

COMBIEN COÛTE LE REMPLACEMENT D'UN VERRE DE MONTRE ?

Si vous avez cassé ou rayé le verre de votre montre ? Ne vous en faites pas, il est possible de le changer, mais cela a bien évidemment un coût qui est à considérer. En tant que consommateur, le remplacement d'un verre acrylique coûte environ 35-45€, comptez 50-70€ pour un verre minéral, puis plus de 150€ pour un verre saphir. Ces prix approximatifs ne prennent pas en compte les potentiels traitements (anti-reflets par exemple) qui ajoutent un surplus sur la facture. Partez également du principe que plus la montre coûte cher, plus le tarif de remplacement sera élevé.

Demandez-nous un devis .

LES TYPES DE FERMOIRS DE MONTRE

Même si cet élément de la montre peut passer pour un détail et que beaucoup y portent peu d'attention, le fermoir participe pleinement au plaisir de porter une montre ainsi qu'à votre expérience avec celle-ci. Il peut même devenir un atout différenciant, tant au niveau esthétique que du point de vue du confort. Afin donc de vous aider à effectuer l'achat qui vous correspond le mieux, nous vous avons préparé une présentation des différents types de fermoirs disponibles sur le marché de l'horlogerie.  

QUEL TYPE DE FERMOIR CHOISIR ?

Lors de l'achat, il vous sera malheureusement difficile de choisir un fermoir spécifique car le choix ne vous sera pas nécessairement proposé par la marque. Les marques haut de gamme font exception, même si ce n'est pas toujours le cas, en vous donnant la possibilité "d'upgrader". Il vous sera en revanche possible de commander un autre boucle car beaucoup de marques en produisent et les proposent à la vente. Certains par exemple auront du mal à passer une boucle déployante simple (grande main avec petit poignet) ou n'aimeront pas le contact de l'acier sur la peau d'une boucle papillon. Quoi qu'il en soit, un fermoir à boucle ardillon ne vous fera pas défaut et conviendra à tous les poignets en matière de confort.

LE FERMOIR À BOUCLE ARDILLON

La boucle ardillon est de loin le type de fermoir le plus répandu en horlogerie (sauf sur les bracelets en acier). Il est constitué d'une tige métallique, l'ardillon, qui s'insère dans les trous du bracelet en fonction de la taille de votre poignet. C'est un système identique à celui des ceintures. C'est un fermoir simple très confortable qui convient à tous les poignets. En revanche, il a tendance à user le bracelet, doit être mis à taille à chaque fois et ne retient pas la montre à votre poignet s'il s'ouvre accidentellement.

LE FERMOIR À BOUCLE DÉPLOYANTE SIMPLE

La boucle déployante simple est le type de fermoir le plus répandu sur les bracelets en acier. Ce fermoir est constitué d'un système articulé qui se déploie et replie sur lui même, d'un seul tenant, grâce à des pressions latérales ou via un rabat de sécurité. Cela permet notamment d'éviter les risques de chute de votre montre en cas d'ouverture inopinée. À l'instar d'une boucle ardillon, il ne marque pas le bracelet. En revanche, si le porteur possède un petit poignet, il peut être moins confortable et être plus difficile à passer au niveau de la main.

LE FERMOIR À BOUCLE DÉPLOYANTE DOUBLE

La boucle déployante double est une variante de la boucle déployante simple. Ce type de fermoir possède une double articulation rattachée à un bloc principal, soit un système supplémentaire permettant une ouverture/fermeture en deux temps et maintenant le tout d'un seul bloc une fois fermé. C'est un fermoir très esthétique qui permet également d'éviter les chutes de votre montre en cas d'ouverture accidentelle. En revanche, si la courbure n'épouse pas votre poignet, le bloc principal peut provoquer une gêne.

LE FERMOIR PAPILLON À BOUCLE INVISIBLE

Le fermoir papillon à boucle invisible est un système quasi-identique à la boucle déployante double. La seule réelle différence réside dans le fait qu'une fois fermé, la boucle ne se voit pas grâce à une attache dissimulée. Il se déplie et se replie à l'aide de deux ailettes dépassant légèrement du bracelet. Très utilisé sur les bracelets en céramique, c'est un fermoir élégant mais peu répandu car plus compliqué à l'utilisation et au confort moindre. Il a notamment tendance plus facilement s'ouvrir accidentellement.

LE FERMOIR À CLIP

Principalement utilisé sur les montres équipées de bracelets en acier, le fermoir à clip est constitué d'un système de levier permettant d'ouvrir ou de fermer la montre. La mise à taille se fait une seule fois grâce à un système coulissant sur le bracelet. C'est un type de fermoir très répandu sur les bracelets à mailles milanaises, très apprécié par les marques de mode. En revanche, le fermoir à clip est essentiellement utilisé sur les montres à bas prix et donc moins solide que les autres tels que la boucle ardillon ou les boucle déployantes.

COMMENT CHANGER LE FERMOIR DE VOTRE MONTRE ?

Les fermoirs (sauf ceux à clip) sont fixés grâce à une pompe, tout comme les bracelets de la montre au niveau des cornes (dans la majorité des cas du moins). Pour remplacer votre fermoir, il vous faut d'abord vérifier la largeur de celui-ci car il est possible qu'elle soit différente de la largeur de l'entrecorne si le bracelet s'effile vers la boucle. Une fois la taille connue et le nouveau fermoir en main, utilisez un pointeau de pose dans les orifices du côté de la boucle puis poussez vers l'intérieur pour décrocher la pompe. Dans le certains cas, la boucle est fixée par des vis, il vous suffit à alors d'utiliser un tournevis d'horloger. Une fois la boucle délogée du bracelet, il vous suffit de réutiliser les dents du pointeau de pose pour remettre le bracelet. Si vous ne possédez par de tel outil, un couteau à fine pointe peut faire l'affaire, mais l'opération sera plus délicate et vous risquez de rayer la boucle ou le bracelet; procédez donc doucement et sans forcer histoire de ne pas non plus vous blesser.


 

LES MONTRES QUI SE PASSENT DE FERMOIRS

Certaines montres se font audacieuses et osent s’afficher sans fermoir.
Les cas sont plutôt rares, et cela rend les pièces très intéressantes en terme de style.
On retrouve des systèmes de type jonc, des bracelets cuir rigides, ou encore des bracelets élastiques.

Si vous avez besoin de renseignements complémentaires nos horlogers sont a votre  disposition.

Tout devis de réparation de montre est gratuit

 

Actualités récentes